- Actualités - 

Concours Junge Schriftsteller 2016

Lundi 21 mara 2016 - Fin des inscription au concours Junge Schriftsteller 2016

Mardidi 25 avril 2016 - Date limite remise des txtes

Samedi 21 mai à 15 h, remise des Prix Junge Schriftsteller 2016
par l’association Culture et Bilinguisme d’Alsace et de Moselle/ René Schickele-Gesellschaft

sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Guebwiller

Nous remercions également nos mécènes pour leur soutien : Sailer-Verlag,éditions SALDE, Ville de Strasbourg, Conseils généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, Conseil régional d’Alsace.

 


- Actualités -

 

 

Colloque "Les Rencontres de Strasbourg

des langues régionales ou minoritaires d’Europe" 

 

Colloque des 18 et 19 mars 2015

organisé en coopération avec Fédération Alsace Bilingue–Verband zweisprachiges Elsass et le secrétariat de la charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe et avec le lieu d’Europe de Strasbourg

Lieu : hémicycle du Conseil municipal de Strasbourg

Un premier objectif du colloque est de présenter ce qui se fait en Europe en matière de langues régionales ou minoritaires, notamment de leur enseignement dans le secondaire, et en matière d’enseignement des histoires et cultures dites régionales.

Un second objectif est de marquer le début d’un investissement au niveau européen de la ville de Strasbourg, capitale européenne, dans le domaine des langues et cultures régionales ou minoritaires. Le colloque se veut ainsi d’être le point de départ du devenir de Strasbourg en tant que lieu d’Europe où ces langues et cultures trouvent une résonance et une résidence (rencontres annuelles, puis permanentes), une façon pour elle de prendre à son compte le très européen concept de l’union dans la diversité et d’en être un des porte-paroles. 

Déroulement :

-       la journée du 18 mars est consacrée à l’enseignement de langues régionales ou minoritaires dans le secondaire : présentation d’ensemble du sujet et conférences-débats avec des experts, notamment du Conseil de l’Europe,

-       la journée du 19 mars est consacrée à l’enseignement de l’histoire et de la culture d’Alsace : présentation d’ensemble du sujet et conférences-débats avec des experts,

-       Présentation des travaux concernant l’adoption de la « Charte de la Ville de Strasbourg pour la promotion de la langue régionale » par Monsieur Jean-Pierre Schlagdenhauffen, chargé  de mission,

-       Installation symbolique des Rencontres de Strasbourg au Lieu d’Europe, mercredi le 18 mars à 18 heures.

Intervenants 18 mars (langues et cultures régionales)

9 heures : Ouverture du colloque : Alain Fontanel 1er Adjoint au maire de Strasbourg

9 heures 10 : Présentation du colloque : Pierre Klein (en français)

De 9 heures 30 à midi :

- Dr. Claudine Brohy, Membre du Comité d'experts de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (Suisse)

- Dr. Guy Berg, Membre du Comité d'experts de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (Luxembourg)

- Ion Diaconu, Membre du Comité d'experts de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (Roumanie)

- Prof. Mahulena Hofmannová, Membre du Comité d'experts de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (République tchèque)

De 14 heures à 18 heures :

- Prof. Dr. Stefan Oeter, Membre du Comité d'experts de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (Allemagne)

- Prof. Jarmo Lainio, Membre du Comité d'experts de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (Suède)

- Hedina Sijerčić, Membre du Comité d'experts de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (Bosnie-Herzégovine)

- Jean-Pierre Schlagdenhauffen, chargé de mission à la ville de Strasbourg : présentation des travaux de la commission d’élaboration de la charte linguistique de Strasbourg 

Intervenants 19 mars (histoire et culture régionales)

14 heures reprise du colloque :

Jean-Michel Niedermeyer, professeur en classe bilingue, délégué général de Lehrer: Elsass-Lothringen und der 1. Weltkrieg,Exemples de ressources pédagogiques régionales pour un enseignement bilingue. 

Jean-Claude Schwendemann, coordonnateur académique pour l'enseignement de l'option "Langue et Culture Régionales" : "L'option Langue et Culture Régionales dans l'académie de Strasbourg" 

Pierre Klein, président de la Fédération Alsace bilingue/Verband zweisprachiges Elsass : Pour un enseignement généralisé de l’histoire et de la culture d’Alsace

Jean-Paul Sorg, philosophe : De LCR (Langues et Culture Régionales) à LRA (Langues Régionales d'Alsace), avancée ou régression?

Conclusion sur le vif du colloque : Jean-Marie Woehrling, président de culture et bilinguisme d’Alsace et de Moselle/René Schickele-Gesellschaft

17 heures 45 Clôture du colloque : Roland Ries, maire de Strasbourg 

Fédération Alsace bilingue-Verband zweisprachiges Elsass
11 Rue Mittlerweg68025 Colmar Cedex Tél. 03 89 20 46 87 Fax 03 89 20 43 79
C/C bancaire : CCM de l’Ill à Huttenheim ; IBAN : FR76 1027 8012 5100 0202 3600 150
www.federation-alsace-bilingue.org; Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Appel à manifester contre la disparition de la Collectivité territoriale d'Alsace 

 

L’association Culture et bilinguisme – René Schickele Gesellschaft et l’Initiative citoyenne alsacienne pour plus de démocratie (ICA 2010), tout en réaffirmant leur indépendance à l’égard de quelque mouvement politique que ce soit,  invitent leurs membres et sympathisants à accompagner celles et ceux qui manifesteront leur opposition à la disparition de la Collectivité territoriale régionale ce samedi à Strasbourg, place de Bordeaux à 14h.

Ce mouvement de protestation doit déboucher, dans le respect de la diversité des approches, sur une large fédération de tous ceux qui veulent affirmer leur attachement à l’identité de l’Alsace et qui tiennent à lui conserver une personnalité juridique et institutionnelle propre.

Le déni de reconnaissance de notre personnalité historique, de notre langue et de notre culture est en train de réveiller les Alsaciens. Les lignes bougent. C’est le moment de rechercher la plus ample adhésion possible à un projet pour l’Alsace à construire ensemble lui conférant reconnaissance, respect et responsabilité.

Jetzt geht's los ! Nous ne manifestons pas pour la survie de l’Alsace d’hier mais pour la construction de l’Alsace de demain.

 

Aufruf an Demonstration gegen das Verschwinden der Region Elsass

 

Die Verbände Kultur und Zweisprachigkeit in Elsass und Moselle - René Schickele Gesellschaft und Elsässische Bürgerinitiative für mehr Demokratie - ICA 2010 rufen ihre Mitglieder und Fürsprecher dazu auf, an der Demonstration am Samstag in Strassburg gegen das Verschwinden der Region des Elsass in einem überregionalen Konglomerat ohne jede Logik und ohne Beachtung kultureller und sprachlicher Besonderheiten teilzunehmen. Durch ihre technokratische und antidemokratische Vorgehensweise, entfernt diese Reform die Bürger nur noch mehr von ihren Institutionen und offenbart Bestrebungen nach einer Re-Zentralisierung. Zugleich führen die Machthaber durch ihre Rektoren an den Schulen Angriffe gegen zweisprachige ABCM-Schulen. Gemeinsam mit der Gesamtheit der Verbände für Regionalsprachen in Frankreich, fordern wir, dass Regionen mit einer Regionalsprache einen Sonderstatus erhalten sowie wirkliche sprachliche Macht, insbesondere was die Schulbildung, die Medien und das öffentliche Sprechen dieser Sprachen angeht.

Die letzten Demonstrationen, die im Elsass stattgefunden haben (Strasbourg,Colmar, Mulhouse), zeigen ein steigendes Bewusstsein insbesondere bei den jungen Generationen. Diese äußern sich gegen den Verlust der Regionalsprache und für ein Zurückfinden zum Stolz ihrer Regionalkultur. Diese Bewegung muss unterstützt werden, denn sie ist eine Chance für unsere Region und unser Land.

 

25e anniversaire de la Convention internationale des Droits de l’Enfant 

Le Défenseur des droits alerté au sujet des enfants parlant une langue régionale

  

Quels droits, en France, pour les enfants parlant une langue régionale ? Faute de ratification complète, la Convention internationale des droits de l’enfant ne s’y applique pas aux enfants suivant une scolarité en langue régionale. Alors qu’on s’apprête à fêter à New York les 25 ans de ce texte, les délégués des langues basque, bretonne, catalane et occitane se sont déplacés à Paris, le 19 novembre, pour alerter le Défenseur des droits.

Télécharger les photos     -     Télécharger le communiqué de presse       -        Télécharger le dossier d'alerte

Rejoints par Paul Molac, député du Morbihan et Jean-Luc Bleunven, député du Finistère, ils se sont d’abord rendus sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris où se tient une exposition célébrant le 25e anniversaire de la Convention des droits de l’enfant. Ils se sont ensuite retrouvés devant le siège du Défenseur des droits où ils ont remis à un représentant de Jacques Toubon et de Geneviève Avenard, la défenseure des enfants, un dossier d’alerte sur le sujet. Ils ont aussi confirmé leur courrier de demande d'entrevue pour étudier la reconnaissance des droits des enfants parlant une langue régionale.

Transposé en droit français, la Convention internationale des droits de l’enfant a fait progresser leur protection en matière d’adoption, de justice pénale, d’éducation et aussi dans les situations de handicap ou d’immigration. Les droits des enfants sont renforcés, mais en France, la Convention des droits de l’enfant connaît une limite. Cette limite est linguistique car la France refuse d’appliquer aux enfants locuteurs des langues régionales les principes de la Convention, les renvoyant à l’inexistence juridique des minorités en droit français.

A Ciboure, Landerneau, Limoges, Erstein, Loudéac, Coray, Guingamp, Perpignan, Mayotte ou Nîmes, ce déni français conduit à des situations indignes, énumérées et documentées dans le dossier d’alerte.

Alors que Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat à la famille s’apprête à signer le troisième protocole additionnel de la Convention, la délégation a demandé que, conformément aux recommandations du conseil économique et social des Nations Unies, la France ratifie l’article 30 de la Convention internationale des droits de l’enfant. Elle demande aussi que le gouvernement mette en place les moyens juridiques et financiers pour assurer le droit des enfants de France à suivre un enseignement en langue régionale, bilingue à parité horaire ou immersif.

ELEN-EBLUL France œuvre à la défense et à la promotion des langues de France. Membre du Réseau Européen pour l’égalité des langues (European Language Equality Network ELEN), ELEN-EBLUL est membre de la Plateforme de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union Européenne (FRA) et dispose du statut consultatif participatif auprès du Conseil de l'Europe et du statut consultatif spécial auprès du Conseil Économique et Social des Nations Unies. Siège: 5 bd de la Victoire, 67000 Strasbourg - Secrétariat : 6 Place des droits de l’Homme, 29270 Karaez, 02 98 73 20 58, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. www.eblul-france.eu et www.languesregionales.org

Contacts : Alexis Quentin, +33 6 60 42 01 57 – Tangi Louarn, +33 6 60 88 97 78

 

 

DEBAT : Les suites à donner aux Assises de la langue et de la culture régionales dans le nouveau contexte de la réforme territoriale

 

Lundi 24 novembre à 20 h

 

5 boulevard de la Victoire à Strasbourg

 

Le Centre culturel alsacien et ICA 2010 organisent conjointement un débat sur les suites à donner aux assises de la langue et de la culture régionales dans le nouveau contexte de la réforme territoriale.

Les assises de la langue et de la  culture alsacienne se sont clôturées le 19 juin de cette année. A cette occasion, le recteur, et les présidents de la Région et des départements alsaciens ont pris l’engagement de renforcer leur action pour la langue régionale sur la base des nombreuses propositions faites au cours de ces assises. Les présidents de la région et des deux départemeents ont signé la version régionalisée de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires qui  leur avait été proposée par les associations de promotion de la langue et de la culture régionale d’Alsace. Plusieurs villes ont-elles aussi signé cette charte ou promis de la signer dans le cadre des élections municipales du printemps.

5 mois après, il est possible de poser des questions sur les actions qui sont engagées ou prévues pour la mise en œuvre de ces engagements :

- où en est la préparation de la nouvelle convention entre l’Etat et les collectivités territoriales pour le renforcement de l’enseignement de la langue régionale ? Quelles mesures sont prévues pour y associer les représentants des associations ?

- où en sont les mesures destinées à concrétiser les engagements souscrits dans le cadre de la Charte ? Ou en est le comité de suivi qui devrait accompagner et évaluer les actions prises dans le cadre de la Charte ?

- ou en sont les réflexions devant concrétiser une réforme de l’OLCA et la constitution d’un office public de la langue et de la culture régionale ?

- quelles mesures sont prévues pour prendre en compte la réforme territoriale et corriger ses éventuels effets négatifs sur la politique de promotion de la langue régionale (intégration de l’Alsace dans une grande région, perte de la clause de compétence générale pour les départements) ?

Pour examiner ces questions et apporter des éléments de réponse seront invités au débat, les services du rectorat, les services de l’Etat, les représentants des trois grandes collectivités et des villes ou communes ayant adhéré à la Charte ou promis d’y souscrire, les associations de promotion de la langue régionale, l’OLCA et les médias régionaux. 

A la veille de grands débats sur la réforme territoriale et sur la place que pourront y prendre les langues régionales, cette discussion pourra permettre de mieux connaître les positions respectives et de tenter  leurs coordination dans l’intérêt de la langue et de la culture régionales.

 

 

COLLOQUE : L'avenir du droit local alsacien mosellan

 

vendredi 24 octobre

à l’Institut du Droit Local à Strasbourg

L’Institut du Droit Local Alsacien Mosellan organise le 24 octobre la journée de clôture des assises du droit local alsacien mosellan, lesquelles ont pour objectif une vaste réflexion sur l’avenir du droit local alsacien mosellan.

Un certain nombre d’évènements récents ont replacé le droit local au centre de l’actualité régionale, tant dans le domaine des cultes, de l’artisanat (corporations obligatoires), que celui du régime local d’assurance maladie ou du repos dominical, pour ne citer que quelques exemples. Le droit local apparaît à la fois comme remis en cause de manière plus fréquente et comme bénéficiant d’une légitimité renforcée dans le contexte de la recherche d’une nouvelle dimension pour la régionalisation.

En vue de mener une réflexion ouverte sur les problèmes et les perspectives de ce droit particulier et proposer un débat public, l’Institut du droit local a mis en place au un certain nombre d’ateliers dont les travaux feront l’objet d’une restitution publique lors de la journée du 24 octobre.

La journée sera également l’occasion d’un débat les questions qui se posent au droit local (influences éventuelles de la réforme territoriale, contraintes constitutionnelles, modernisation), et de discuter de l’avenir de ce droit particulier.

L’inscription au colloque est à effectuer après de l’Institut du droit local, 8 rue des écrivainss 67000 Strabourg, 03 88 35 55 22, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

PROGRAMME en PDF à télécharger sur le site du Centre Culturel alsacien

 

COMMUNIQUE : Soutien et participation à la manifestation du 11 octobre

L’association Culture et bilinguisme d’Alsace et de Moselle – René Schickele Gesellschaft qui s’engage pour la langue et la culture régionales a toujours affirmé la nécessité d’institutions locales et régionales capables de soutenir le bilinguisme et l’identité régionale. Les projets actuels de fusion des régions, soit seulement avec la Lorraine, soit étendu à Champagne –Ardennes, vont encore davantage qu’actuellement éloigner l’institution régionale de ses habitants et de sa mission de développer un projet régional mettant en valeur la personnalité de notre région et notamment sa double culture et son bilinguisme.

Pour ces motifs, tout en marquant son indépendance à l’égard de quelque parti que ce soit, notre association appelle au soutien et à la participation à la manifestation du 11 octobre en faveur d’une région Alsace préservée de toute forme de dissolution ou d’intégration forcée dans des ensembles interrégionaux artificiels et dépourvus de véritables compétences éducatives et culturelles.

[voir l'article sur le site du Centre Culturel Alsacien]

 

Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4

« Assises de la langue et de la culture régionales »

 

Ci-après trois documents :

 

-le rapport de l’atelier « Questions juridiques, institutionnelles et stratégiques en relation avec la langue régionale » animé par Jean-Marie Woehrling, président de Culture et Bilinguisme d’Alsace et de Moselle:

 

- la plate forme commune adoptée par la fédération Alsace –Bilingue dont Culture et bilinguisme est l’un des membres:

- un bilan et une appréciation des "assises"

 

 

/* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-ansi-language:#0400; mso-fareast-language:#0400; mso-bidi-language:#0400;}

 

45 ans au service du bilinguisme et de la culture régionale


Jean-Marie Woehrling

 

Culture et bilinguisme d’Alsace et de Moselle – René Schickele Gesellschaft  fête le 45e anniversaire de sa création. Son action avait commencé par la publication d’un ouvrage préfacé par le prix Nobel Alfred Kastler, qui avait affirmé la dimension européenne de la cause de la culture bilingue de notre région. En choisissant le nom de René Schickele, citoyen français et deutscher Dichter, expression d’une « alsaciannité de l’esprit » ancrée dans l’amitié franco-allemande et la construction européenne, nos prédécesseurs avaient d'emblée voulu tourner le dos à toute forme de provincialisme.

45 ans après, on ne peut que relever la justesse de ces positions. Nos objectifs, soutenir notre langue régionale (l’allemand sous la forme des dialectes alémaniques et francique et de l’allemand standard), sont moins contestés que jamais : qui doute encore que la perte de notre bilinguisme est un appauvrissement considérable pour notre région, tant au plan économique que culturel ? Sa reconquête passe par une politique linguistique globale dont le cercle Schickele a tracé les composantes durant un demi-siècle d’initiatives. De ses propositions  sont issues directement ou indirectement les différents mouvements aujourd’hui regroupés dans la fédération » Alsace bilingue », les classes bilingues paritaires, la création d’un office pour la langue régionale, de même que la plupart des propositions débattues actuellement au sein des assises du bilinguisme.  Il a développé de nombreuses campagnes de sensibilisation sous des formes originales. Les quelques 200 numéros de la revue de l’association, « Land un Sproch », ont livré un matériel considérable, permettant aux Alsaciens « anciens » et  nouveaux » de s’approprier l’histoire, la littérature, les traditions, les valeurs et richesses culturelles de cette région. Ses universités d’été et autres séminaires ont marqué la réflexion régionale.  Le centre culturel alsacien créé par l’association est un laboratoire de la culture régionale de demain et un prototype des « lieux d’Alsace » qui devraient se développer dans toutes les villes d’Alsace. 

Revenant sur ces 45 ans d’activités, on constate que les propositions de notre association n’ont jamais été formellement et directement contestées. Mais les responsables politiques et administratifs ont trop souvent temporisé, invoquant les actions  déjà engagées pour renvoyer à plus tard le surcroit des mesures indispensables et se bornant à adresser des requêtes platoniques au pouvoir central. Aujourd’hui,  la nécessité et la possibilité d’une action beaucoup plus résolue pour la langue et la culture régionales est très largement admise.

Plus profondément, on avait reproché, à l’origine, au cercle Schickele de rompre le tabou jeté après la 2ème guerre mondiale sur la langue allemande. Cette démarche apparait désormais comme courageuse et orientée vers l’avenir. Plus de 50 ans après le traité d’amitié entre la France et l’Allemagne, la vocation de notre région se définit que jamais comme un trait d’union entre nos deux pays et nos deux cultures dans un cadre rhénan dont la pertinence s’affirme de plus en plus.

Notre objectif, aujourd’hui comme hier, n’est pas de défendre pour elles-mêmes des traditions du passé mais de construire la culture régionale de demain avec tous les habitants de cette région en prenant appui sur ce qui fait sa richesse et son originalité. La culture et la langue régionales sont aussi des vecteurs d’intégration. Telles sont les bases sur lesquelles nous poursuivrons notre action.

 

La Charte Européenne des langues régionales et minoritaires

au soutien de notre langue régionale

      Le débat sur la Charte européenne est important: d'une part, cette convention vient légitimer nos revendications en matière de bilinguisme; d'autre part, elle rappelle à l'ensemble des collectivités publiques, y compris nos collectivités territoriales, qu'il leur revient de développer une action résolue de promotion de notre langue régionale. Plusieurs collectivités d'Alsace se sont déjà engagées à mettre en oeuvre la Charte dans leurs domaines de compétence.